01 Juil Hellfest : Gros couics et petits couacs...

Écrit par Publié dans Rock en Stock Lu 1018 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Après une review complète en trois articles (ici, et ici), on voulait revenir sur quelques à-coté du festival. Les améliorations notables, les gros couics et les petits couacs...

 

 

Le gros couic en question, c'est bien évidemment l'annulation de Manowar. Je ne vais pas revenir sur l’aspect scénique de la chose, puisque les festivaliers n'ont pas perdu au change. Sabaton a assuré l’intérim avec brio et montré au monde entier ce que devait être un groupe de métal digne de ce nom. Mais en coulisse, l'affaire Manowar pourrait bien finir devant les tribunaux, le festival réclamant des comptes au groupe... Manowar, qui était venu l'an passé annoncer sa venue à Clisson, en la personne de Joey DeMaio, le tout en grande pompe avec effets d'annonces et standing ovation. Manowar qui débarque donc cette année, le temps de vendre son merch et de faire sa diva. Manowar qui s'en retourne à son Amérique natale sans le moindre respect pour ses fans... Pathétique, mais il semblerait que le groupe soit coutumier du fait...

 

Autre gros point noir de cette année : Un festival rempli à ras bord ! Évidemment, que les mainstages soient plein jusqu'à la gueule c'est normal. Que les grosses affiches sur les scènes annexes brassent un monde fou, rien d'étonnant. Mais quand le taux de remplissage est tel qu'il devient presque impossible de circuler d'une scène à l'autre, non seulement ça commence a devenir problématique, mais en terme de sécurité on est aussi limite... J'ai pas les chiffres de cette année, mais en terme de ressenti je peux vous dire que bon nombre de festivaliers ont vu la différence avec les éditions précédentes. Attention monsieur Barbaud, quand c'est trop, c'est trop !

 

Passons maintenant aux bons points, parce que râler c'est bien, mais il faut aussi reconnaître les gros efforts de l'organisation. En premier lieu, le son qui est bien mieux géré que l'an passé. Quelques couacs en début de sets, quelques instrus sous mixés, mais dans l'ensemble tout ça est bien plus audible qu'en 2018. Merci aux ingés son !

 

Gros efforts aussi dans l'habillage du site qui continue de s'améliorer. La zone de restauration, bien plus accueillante, la foret réaménagée... Les tempêtes de poussière sont désormais du passé et c'est très bien comme ça. Le réseau téléphone 4G était aussi très stable, bien loin de la saturation 2018.

 

Et pour finir, je tiens à souligner le grand professionnalisme des équipes sur place, qu'elles soient pro ou bénévole. Efficacité et sourire au rendez-vous, un vrai bonheur. Un grand merci aussi pour les festivaliers qui dans l'ensemble sont toujours aussi agréables et civilisés. Bien-sûr je n’oublie pas les quelques débiles présents sur le site, ni même les quelques agressions et incivilités recensées cette année. Mais dans une foule de 180 000 personnes (au moins) sur le weekend, le bilan et l'ambiance pourraient être bien pire...

 

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition. En espérant que l'on puisse choper des places et que Manowar soit à l'affiche, non j'déconne ;) !