02 Nov Zoom sur les origines du festival AZIMUT

Écrit par Publié dans Shotgun Blues Lu 1662 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une 25ème  édition du festival de blues AZIMUT haute en couleur !!!

 

Rencontre avec Philippe, Président de l’Union Sportive de LA PESSE et Jean-Marc. Tous deux sont bénévoles au sein de l’organisation du festival de blues  AZIMUT qui se déroule au cœur du magnifique village de LA PESSE dans le Haut-Jura.

En route pour une présentation  de ce festival qui rassemble toutes les générations…

 

 

 

Bonjour, pouvez-vous nous présenter le festival et nous dire de quelle façon est-il né ?

 

A l’ origine, il y a l’association Union Sportive de LA PESSE créée en 1953. L’objectif premier était d’amener les enfants à faire du sport (Ski, randonnée). Le financement se faisait en organisant des bals ou encore des courses de ski.

 

La naissance du festival est partie d’une idée lors d’un tour de table en réunion, qui était de faire un concert de Blues.

 

 

Le festival a-t-il toujours eu cette configuration ?

 

Au départ le festival s’appelait AZIMUT  et se déroulait uniquement le samedi soir. En 1995, il devient Le festival AZIMUT avec une soirée supplémentaire consacrée à la World Musique le vendredi.

 

Et à partir de la 8ème édition est venu s’ajouter un marché d’artisanat local le dimanche matin : « le Marché d’à Côté ».

 

Qu’en est il de l’implication des villageois ?

 

Le Festival est très ancré dans l’histoire du village et nous en sommes très fiers. La mobilisation des habitants est très forte.

 

Le groupement des deux villages de LA PESSE et les BOUCHOUX, en terme d’infrastructure (pour l’école par exemple), nous permet sur environ 350 habitants d’avoir  180 bénévoles qui nous aident durant le festival. Environ 90% des bénévoles sont des habitants de LA PESSE et 10% des habitants des BOUCHOUX.

 

Comment se fait le choix de la programmation et la mise en place de la technique ?

 

Les côtés techniques, scéniques et artistiques sont gérés principalement par la RODIA de BESANCON. Le reste de la logistique est géré par les bénévoles.

 

La cohabitation entre les professionnels et les bénévoles se passe relativement bien. Le travail a été progressif au fil des ans. Le savoir des villageois dépannant la technique et inversement.

 

Les bénévoles donnent leur avis sur les choix musicaux proposés et  peuvent en proposer eux-mêmes, comme ce fût le cas cette année avec le groupe HK.

La validation des propositions se fait toujours en adéquation entre les bénévoles et la RODIA.

 

 

Quelles évolutions souhaitez-vous encore apporter au festival pour le futur ?

 

Nous restons dans l’optique de garder le festival  à sa dimension humaine afin d’en maintenir l’ambiance conviviale qui le caractérise.

 

Il a eu une volonté de passer en Eco festival depuis la 20ème  édition, et aujourd’hui nous réfléchissons sur la possibilité de la mise en place de co-voiturage et de navette depuis Saint Claude et ses environs puisque nous sommes proches également du Département de l’AIN. Pour cela les élus participent activement et nous travaillons sur le sujet.

 

Après 25 éditions, je pense que vous devez avoir quelques anecdotes ?

 

Oui, il y a eu cette édition où nous avions changé de fournisseur de chapiteau. Le chapiteau est arrivé relativement tard et nous avons dû travailler toute la nuit pour être opérationnel le vendredi matin pour l’installation de la scène et de tout le matériel.

 

Nous étions loin de nous imaginer, lorsque nous avons eu l’idée du concert de Blues de ce qu’allait devenir le festival. Lors de la 1ère  édition le nombre d’entrées était de 377 avec en tête d’affiche, le groupe FLY & THE TOX. Aujourd’hui à la 25ème  le nombre d’entrées est de 2 000 avec en tête d’affiche un artiste comme PAUL PERSONNE.

 

L’anecdote que je retiens est surtout aussi le fait, qu’il y a des enfants qui sont nés dans le village il y a 25 ans et qui aujourd’hui sont devenus à leur tour bénévoles.

C’est un super passage de relais qui s’est mis en place naturellement et qui pérennise le festival.

 

 

Remerciements : Philippe, Jean-Marc ainsi que l’ensemble des bénévoles du festival.

Dernière modification le jeudi, 05 juillet 2018 09:52