Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 178 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Cell Phone, un film de Tod Williams. Avec John Cusack et Samuel L Jackson.

De quoi ça parle : Il y a 6 milliards de téléphones portables dans le monde, et s'ils nous contrôlaient ? Imaginez que tous ceux qui utilisent leurs smartphones se transforment instantanément en zombies. C'est le pitch de ce film, dans lequel vous suivez un groupe de survivants à la recherche d'un mystérieux signal à l'origine du chaos.

Pourquoi c'est bien : Présenter la technologie et les smartphones comme une épidémie est intéressant. Et le roman de Stephen King "Cellulaire" nous met face à notre addiction au téléphone avec beaucoup de justesse. Malheureusement l'adaptation ciné tient plus du nanar à voir par curiosité que du chef d'oeuvre...

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 410 fois

Notre région abrite le Panier de Jeanne, un magasin-école pensé et créé par le lycée Jeanne d'Arc de Pontarlier (25).Une structure qui permet aux élèves d'apprendre leur métier sur le terrain, et de valoriser au passage la production agricole régionale. L'épidémie de Covid-19 et le confinement ont contraint cette structure a suspendre son activité, comme l'ensemble des établissements et structures scolaires. Quelle impacte sur la scolarité de ces jeunes ? Quelles conséquences sur le tissu économique local ? Philippe Poussin, Secrétaire Général du CNEAP répond à nos questions...

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 215 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Non pas un, mais deux films : La planète des singes : L'affrontement et Suprématie, puisque nous allons revenir et conclure la trilogie "La planète des singes" que l'on a commencé hier avec "Les origines".

Deux films de Matt Reeves : L'affrontement sorti en 2014, avec Andy Serkis, Jason Clarke et Gary Oldman. Et Suprématie sorti en 2017, avec Andy Serkis et Woody Harrelson.

De quoi ça parle : Les événements évoqués dans les origines laissent place, des années plus tard à une nation de singes évolués, dirigée par César (Andy Serkis). Et à l’opposé, les humains qui ont été décimés par un virus dévastateur : La grippe simienne. Deux mondes que tout oppose et qui vont tenter, tout d'abord de cohabiter avant de se déchirer pour la survie de leurs espèces.

Pourquoi c'est bien : Si l'affrontement nous montre des singes capable de beaucoup d'humanité, Suprématie à l'inverse, nous laisse entrevoir les pires cotés de l'homme. Une conclusion en apothéose pour une trilogie parmi les plus réussies de ces dernières années.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 199 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

La planète des singes : Les origines, un film de Rupert Wyatt sorti en 2011. Avec James Franco, Freida Pinto et Andy Serkis.

Reboot de la franchise et relecture complète du mythe. Exit donc Charlton Heston et les voyages spacio/temporels. On parle ici d’expérimentations en laboratoire à l’origine notamment d'une grippe mystérieuse...

De quoi ça parle : A l'aube de la découverte d'un remède contre Alzheimer pour sauver son père, un chercheur (James Franco) expérimente son traitement sur César (Andy Serkis), un jeune chimpanzé. Il s'aperçoit alors que sa formule augmente radicalement les capacités cérébrales. Grâce à son intelligence hors du commun, César va alors mener le soulèvement de toute son espèce contre la suprématie des hommes, dans un combat qui pourrait changer l'ordre établi pour toujours. Un bouleversement qui s'accompagne de l’apparition d'une étrange grippe, dont on verra les ravages dans la suite de cette trilogie.

Pourquoi c'est bien : S'attaquer au mythe de la planète des singes n'était pas évident. L'ombre du premier film et de Charlton Heston plane sur la franchise, et de bons réalisateurs s'y sont cassé les dents, à commencer par Tim Burton. Rupert Wyatt s'est emparé du sujet et y a insuffler des messages forts, en dénonçant les excès de la science et les essais sur les animaux. Ajoutez à cela, un casting trois étoiles et une prestation folle d'Andy Serkis en motion capture, et vous obtenez non seulement un grand film, mais aussi le lancement d'une trilogie remarquable.