Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 180 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Buried, un film de 2009 réalisé par Rodrigo Cortés, avec Ryan Reynolds.

De quoi ça parle : Imaginez qu'en ouvrant les yeux, vous vous retrouviez enfermé dans un espace clos, sous une tonne de terre, avec 90 minutes d'oxygène. Et pour seule connexion avec l'extérieur, un téléphone portable à moitié rechargé. Le temps file et chaque seconde qui passe vous rapproche d'une mort certaine... C'est ce qui arrive à Ryan Reynolds, et on ne voudrait pas être à sa place.

Pourquoi c'est bien : Un huis clos claustro-phobique au possible, et une prestation impressionnante de Reynolds. Un film sur l'enfermement qui va vous faire relativiser votre confortable confinement...

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 195 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Contagion, un film de 2011 réalisé par Steven Soderbergh, avec un casting trois étoiles : Marion Cotillard, Matt Damon, Laurence Fishburne, Jude Law, Gwyneth Paltrow et Kate Winslet.

De quoi ça parle : Une pandémie dévastatrice explose à l'échelle mondiale. Des chercheurs se mobilisent pour tenter d'identifier le virus, qui mute constamment. Les cas mortels se multiplient, jusqu'à mettre en péril les fondements même de notre société...

Pourquoi c'est bien : Soderbergh traite son sujet dans son ensemble. La violence de l'épidémie et le travail des médecins et des chercheurs pour la contrer. Mais le réalisateur va plus loin, en abordant les luttes d’intérêt entre les groupes pharmaceutiques, les questions politiques, l'information, la désinformation... Bref, de quoi réfléchir sur la situation que nous vivons actuellement...

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 210 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

28 semaines plus tard, la suite indirecte de 28 jours plus tard qu'on évoquait hier.

Un film de Juan Carlos Fresnadillo, produit par Danny Boyle, avec Robert Carlyle et Rose Byrne.

De quoi ça parle : Un terrible virus a décimé l'Angleterre et  transformé presque toute la population en monstres sanguinaires. Les forces américaines d'occupation ayant déclaré l'infection définitivement vaincue, la reconstruction du pays peut maintenant commencer. Pourtant, quelque part, un effroyable secret les attend. Tout n'est pas terminé...

Pourquoi c'est bien : Même si Danny Boyle n'est pas aux commandes de cette suite, le film a le mérite de pousser ce concept d'épidémie en Angleterre à son paroxysme. Et pose la question du comment revenir à une vie normale après une épidémie mortelle.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 195 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

28 Jours plus tard, un film de Danny Boyle sorti en 2003, avec Cillian Murphy.

De quoi ça parle : A londres, un puissant virus sorti d'un laboratoire condamne les infectés à un état de rage meurtrière. La contamination se répand à une vitesse fulgurante et les rares rescapés se terrent pour échapper aux contaminés assoiffés de violence. La population a été évacuée en masse et Londre n'est plus qu'une ville fantôme. C'est dans ce contexte que Jim (Cillian Murphy) sort d'un profond coma dans un hôpital désert.

Pourquoi c'est bien : Une expérience foudroyante signée Danny Boyle, grand cinéaste anglais. Une ville de Londre complètement déserte, saisissante. Et une question en suspens : L'humanité n'est-elle pas le pire des fléaux ?