Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 327 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

28 semaines plus tard, la suite indirecte de 28 jours plus tard qu'on évoquait hier.

Un film de Juan Carlos Fresnadillo, produit par Danny Boyle, avec Robert Carlyle et Rose Byrne.

De quoi ça parle : Un terrible virus a décimé l'Angleterre et  transformé presque toute la population en monstres sanguinaires. Les forces américaines d'occupation ayant déclaré l'infection définitivement vaincue, la reconstruction du pays peut maintenant commencer. Pourtant, quelque part, un effroyable secret les attend. Tout n'est pas terminé...

Pourquoi c'est bien : Même si Danny Boyle n'est pas aux commandes de cette suite, le film a le mérite de pousser ce concept d'épidémie en Angleterre à son paroxysme. Et pose la question du comment revenir à une vie normale après une épidémie mortelle.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 300 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

28 Jours plus tard, un film de Danny Boyle sorti en 2003, avec Cillian Murphy.

De quoi ça parle : A londres, un puissant virus sorti d'un laboratoire condamne les infectés à un état de rage meurtrière. La contamination se répand à une vitesse fulgurante et les rares rescapés se terrent pour échapper aux contaminés assoiffés de violence. La population a été évacuée en masse et Londre n'est plus qu'une ville fantôme. C'est dans ce contexte que Jim (Cillian Murphy) sort d'un profond coma dans un hôpital désert.

Pourquoi c'est bien : Une expérience foudroyante signée Danny Boyle, grand cinéaste anglais. Une ville de Londre complètement déserte, saisissante. Et une question en suspens : L'humanité n'est-elle pas le pire des fléaux ?

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 357 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Phénomènes, un film de M Night Shyamalan sorti en 2008, avec Mark Walberg, Zoe Deschanel et John Leguizamo.

De quoi ça parle : Le phénomène surgit de nulle part, et frappe sans discernement. Des dizaines, des centaines de gens meurent en quelques minutes, victimes d'un mal étrange. Est-ce qu'il s'agit d'une attaque terroriste ? D'une arme bactériologique ? D'un virus ? Un professeur de science (Mark Walberg) va devoir comprendre le phénomène s'il veut sauver sa famille.

Pourquoi c'est bien : Bon déjà, est-ce que c'est bien ? Pour être honnête avec vous, c'est un film mineur de Shyamalan. Mais malgré tout, on retrouve le style et les gimmicks appréciés du réalisateur, au service d'un film qui se veut original à défaut d'être ambitieux. Ça n'est pas du niveau de 6ème Sens ou d'Incassable, mais le propos écolo du long métrage et sa façon de l'aborder mérite qu'on s'y attarde...

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 310 fois

Ciné Confiné : Votre chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Alerte, un film de 1995, réalisé par Wolfgang Petersen. Avec Dustin Hoffman, Morgan Freeman, et René Russo.

De quoi ça parle : Un virus mortel, une épidémie dans une petite ville américaine. Et l'on suit une équipe de chercheurs bien décidés à enrayer la pandémie et à mettre la main sur un petit singe qui pourrait bien être à l'origine de la contamination.

Pourquoi c'est bien : Prenant comme modèle les ravages du virus Ebola, ce film a été le premier à montrer le travail de recherche derrière une pandémie. Une véritable course contre la montre pour sauver des vies. D'autant que le film oppose la recherche et l'armée, avec des méthodes de gestion de crise très différentes. C'est d'ailleurs par ce biais que le film nous tient en haleine jusqu'au bout... Un classique !