Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 190 fois

Du coté de Ronchamp, on a de la suite dans les idées ! En cette période de pandémie, la filature 2.0 sous la gouvernance de la communauté de communes de Rahin et Chérimont, a décidé de se lancer dans la confection de visières de protection à destination des personnes en contact avec le publique. Infirmières, personnel d'EHPAD, médecins, ou personnels de mairie, caissières... La demande est bien réelle sur ce territoire. Et même si ces visières ne remplacent pas le port du masque, il s'agit d'un outil supplémentaire de protection comme nous l'explique Benoit Cornu, premier vice-président de la communauté de communes de Rahin et Chérimont.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 217 fois

Ciné Confiné : Votre nouvelle chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

L'armée des 12 singes, un film de Terry Gilliam. Avec Bruce Willis, Brad Pitt et Madeleine Stowe. Un classique de la science-fiction sorti en 1997.

De quoi ça parle : En 2035, pour tenter de découvrir l'origine d'un virus qui a exterminé 90% de la population mondiale, les survivants envoient dans le passé des volontaires. James Cole (Bruce Willis) est l'un de ces "volontaires". Il enquête dans les années 90 pour trouver les origines de l'épidémie, et au cours de l'une de ses expéditions, il fait la connaissance d'une psychiatre.

Pourquoi c'est bien : Le style visuel de Terry Gilliam, saisissant. Bruce Willis, qui se perd et qui nous perd dans ses voyages dans le temps, à ce demander s'il n'est pas fou. Et Brad Pitt, complètement fou, lui, qui nous délivre une prestation remarquable.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 232 fois

Ciné Confiné : Votre nouvelle chronique sur Fréquence Amitié Vesoul, à retrouver dans la matinale et le 12h-14h. Un film chaque jour en lien avec l'actualité. Épidémie, confinement... Des thèmes largement abordés par le cinéma. Et aujourd'hui : 

Perfect Sense, un film de David Mackenzie. Avec Ewan McGregor et Eva Green.

De quoi ça parle : Le film nous plonge au milieu d'un monde frappé par une étrange épidémie qui détruit progressivement les cinq sens. On suit un cuisinier (Ewan McGregor) et une brillante chercheuse (Eva Green) qui vont tomber amoureux, une romance qui sert de fil conducteur.

Pourquoi c'est bien : Le choix des personnages tout d'abord qui n'a rien d'anodin. Le cuisinier qui a cruellement besoin de son odorat, son goût, nous confronte à la maladie. Et puis cette chercheuse qui interroge sur les origines du virus, sa contagion. Un film qui a la justesse de nous interroger sur notre rapport à nos sens, allant jusqu'à nous couper de certains d'entre eux. Et un réalisateur qui a l'intelligence de s'écarter des "films catastrophe" grâce à un propos d'une grande poésie.

Écrit par Publié dans Le 12h/14h Lu 402 fois

Nous vous proposons le témoignage d'un membre du personnel soignant à l’hôpital de Vesoul, qui n'a pas souhaité communiquer verbalement sur notre antenne. Mais qui nous a fait parvenir ce communiqué, son ressenti ainsi que celui de ses collègues : 

"Bonjour à tous, je suis agent au GH70 (groupe hospitalier 70) de Vesoul, travaillant sur deux services importants. A ce jour, le personnel commence à fatiguer, d'autres sont touchés par le virus et donc en arrêt maladie. On remercie la clinique St Martin pour leur aide dans chaque spécialité et les ASH (agents hospitaliers) qu'on oublie souvent : Ces agents qui nettoient les chambres infectées. Je pense qu'elles méritent d'être citées. Sans oublier les magasiniers, brancardiers, secrétaires, préparateurs de pharmacie, pharmaciennes, techniciens de laboratoire, les cadres et le service logistique...

Le moral en prend un coup, car on est parents. Moi même, je suis maman de quatre enfants dont un qui est diabétique. On a peur de contracter le Covid-19 et de le ramener à la maison. Mais on est là, pour vous. On prend le maximum de précautions, et depuis ce vendredi 27 mars, on a le port du masque obligatoire. Alors que jusque là, la plupart des membres du personnel n'y avait pas droit. On se sent aujourd'hui plus protégés. Même si le boulot est multiplié et que l'on doive faire des heures supplémentaires. On le fait, on s'organise pour.

Alors nous vous demandons de prendre un peu plus la situation au sérieux, et de respecter les gestes barrières, pour vous et pour nous.

Merci.

"""